Le chouchou

ch3.JPG

Le chouchou

Le chouchou est un cousin des concombres, melons, margozes etc… Il leur ressemble peu en apparence, mais il joue un rôle important dans la cuisine réunionnaise ou antillaise. Chez les martiniquais et guadeloupéens, on dit : christophine (du nom de Christophe Colomb qui la ramena aux Antilles). En Métropole (plutôt dans la région du sud) on dira chayotte. Pour nous dans notre île c’est le chouchou. 

ch1.JPG

Champ de chouchou

Son nom scientifique est Sechium edule. La plus grande diversité de formes de ce légume se situe en Guatemala. Le chouchou compte plusieurs introducteurs dans notre île nous dit Roger Lavergne : Sully Brunet (1834), Th. Taunay (1836), Arnaud Bourdon (1861), il fut rapporté la première fois de Rio de Janeiro au Brésil. 

C’est une plante grimpante à longues pousses s’agrippant à l’aide de vrilles foliaires. Elle est vivace, envahissante qui nous vient d’Amérique Centrale. Elle est très consommée dans notre île, et très répandue dans tous les pays chauds. Dans certains endroits le chouchou fait l’objet de culture, c’est le cas à Salazie. Cette liane possède de larges feuilles ovoïdes ou « triangulaires-ovoïdes » de 10 à 20 cm de large légèrement poilues, et s’agrippe aux arbres, murs, et autres grâce à ses vrilles foliaires. Il possède de toutes petites fleurs blanches. Le fruit est côtelé, ridé à la base, recouvert d’épines plus ou moins proéminentes selon l’espèce. Il peut peser jusqu’à 1 Kg. Certaines variétés sont vertes, d’autres verts pâles, et d’autres blancs.  

ch8.JPG

Treille chouchou

Le chouchou comestible était déjà cultivé par les Aztèques, il s’est depuis répandu partout dans les tropiques et il est un légume important en particulier en Amérique Latine. Il n’en demeure pas moins non plus dans l’île Bourbon !!! 

Ces fruits sont comestibles et s’accommodent de différentes manières : crus, cuit à l’eau, farci, en daube, en gratin, en rougail etc… 

Dans le sud de l’Espagne les jeunes pousses remplacent avantageusement les pointes d’asperges. Dans notre île, ces jeunes tiges sont consommées en brèdes soit fricassé ou bouillon.  

Il est important de noter que la graine unique de ce légume, est de grande taille, et commence à germer à l’intérieur.  

Les propriétés médicinales du chouchou varient, mais en général d’une espèce à l’autre, elles sont toutes connues pour son action diurétique et anti-inflammatoire. Ce serait également un sédatif léger. Sa faible valeur nutritive associée à la diversité de ses préparations culinaires, en fait un aliment précieux de tout traitement hypocalorique (obésité, diabète). 

ch5.JPG

Tas de chouchou

Sa tige, isolée et lavée donne des rubans de paille blanc-argenté que les femmes de Salazie exploitent pour fabriquer des chapeaux, autres objets… Vers 1925, la paille de chouchou fit la fortune de certains de la région où cette liane pousse en abondance : Salazie, Plaine des Grègues. C’est surtout pour la qualité de ses fibres qu’ils exportaient jusqu’en Italie, que les salaziens cultivèrent ce légume sur de basses treilles. Les chapeaux « en paille d’Italie » étaient en fait tressés avec de la paille de chouchou de Salazie. 

Cette commune organise chaque année la fête du chouchou. 

Chantal 

Sources :

Vertus et secrets des plantes médicinales des tropiques et de la Réunion

Guide des plantes tropicales

Salazie, histoire d’une commune

Fleur de Bourbon Mon jardin tropical

ch4.JPG

Nouvelle appelation pour la fête du chouchou : Festi Salaz    

One Response to “Le chouchou”

  1. chris dit :

    je vois que tu as bien bossé… pour moi, tout reste à faire :)

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.